– Mémoires de dictatures-10-portugal

ENTRETIEN GINETTE LAVIGNE

4ème partie

Ginette Lavigne a réalisé d’autres films documentaires comme «Republica journal du peuple» aux éditions L’Harmattan et «Deux histoires de prison».

Pour commander ces films: lavigne.g@wanadoo.fr

Documentaires existants en DVD.

Extrait de l’un d’entre eux: «La Nuit du coup d’Etat.»

«Camarade Cunhal a su faire comme tout le peuple portugais a su faire.

Il représente pour nous un symbole.

Nous, Portugais, qui avons lutté aux côtés de la Résistance française, nous remercions que le monde s’intéresse pour nous.

C’est quand même contre notre révolution qui a été préparée par une armée qui a pris conscience de sa force et qui a lutté pendant des années aux côtés du régime fasciste, au service de la tyrannie.

Aujourd’hui, toutes ces factions politiques, surtout le parti communiste, le parti socialiste et les chrétiens indépendants et progressistes qui ont été d’une compréhension extraordinaire.

Nos fiers soldats.

Ils sont tous nos fils, et nous avons une absolue confiance que le général Spinola serait un jour un révolutionnaire international qui amènera au Portugal, pour vraiment devenir une bonne nation, une constitution démocratique et que nous pourrons vivre et lutter en faveur de la Paix.

Vive le Portugal!»

Quand Ginette Lavigne propose à Otelo de Carvalho de revenir sur cette nuit du coup d’Etat, il est devenu un homme plus âgé, près de 30 années de plus. Elle va faire une sorte de reconstitution des lieux, presque une scénographie théâtrale, et c’est lui, Otelo, qui joue vraiment le rôle de sa vie, qui va jouer son propre personnage et qui va décrire toutes ces nuits-là. Il le fait d’ailleurs avec un certain talent. Ce qui n’est pas évident de jouer son propre personnage devant une caméra. Mais il avait envie de sortir du discours habituel.

C’est-à-dire que c’est un coup d’Etat militaire et les soldats prévoient seulement de renverser Caetano, mais pas de faire la révolution. Les militaires n’avaient pas du tout prévu d’ouvrir le pays. En fait, ils ont été débordés par la rue.

Otelo n’est pas idiot. Il le sait.

Par la suite, dans cette révolution qu’on appelait: «La Révolution des Oeillets», entre novembre 1974 et novembre 1975, Otelo a vraiment le pouvoir. Il est devenu un militaire gauchiste et il s’en rend compte.

Il a sans doute compris, à ce moment-là, qu’il y a eu une part de manipulation par la hiérarchie militaire. Le MFA avait été manipulé.

En fait, cette organisation du coup d’Etat avait été téléguidée.

Et quand Ginette Lavigne lui propose d’en faire un documentaire, il saisit l’opportunité de régler un peu ses comptes.

Or depuis cette Révolution, tous les 25 avril de chaque année, on raconte toujours la même histoire, la même légende. On raconte que les militaires sont arrivés et que les gens les ont accueillis avec des oeillets rouges et que ça été le bonheur.

Par contre, il est erroné de dire que c’est eux qui ont libéré le Portugal. Eux n’ont donné un coup de pichenette et Caetano est tombé.

Mais il l’aurait été de toute façon!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :