– Mémoires de dictatures-14-espagne

Confrontation avec l’Espagne d’aujourd’hui partagée entre la mémoire et le déni.

TEMOIGNAGES

1ère partie

1928, Franco est nommé premier directeur de l’académie militaire de Saragosse.

Les commandements du soldat: aimer d’un grand amour la patrie, cultiver l’esprit militaire et ne jamais discuter les ordres. C’est un directeur novateur et l’institution est chamboulée. On préconise les chambres à 3 ou 4 lits, c’est une prévention contre les risques de l’homosexualité. Mais sur les murs, des affiches qui représentent les préceptes et le mode d’emploi du préservatif.

*

Ramon Serrano Sùner,  futur beau-frère de Franco, futur ministre de l’intérieur et des affaires étrangères:

«Il est évident qu’en province, dans une société assez étriquée, il jouissait d’une position importante en tant que général, directeur de l’Académie militaire. Mais il était petit. C’était un petit général. Alors il se dressait de tout son corps pour compenser sa petite taille. À cet homme qui a présidé l’Académie, on a fait une belle réception, à Saragosse.

«Oui, les Saragonais sont comme ça! C’est donc à Saragosse que j’ai fait sa connaissance.

«Franco était très inquiet de l’avènement de la République. Ces élections du 14 avril ont été un triomphe pour la République et pour la Gauche. Alors depuis, la République n’a jamais cessé de préoccuper Franco, jusqu’à l’obsession.»

*

14 avril 1931, la II éme République est proclamée. C’est la liesse générale d’une des deux Espagne. L’académie militaire de Saragosse, jugée comme repaire d’une droite monarchiste et réactionnaire, est fermée.

*

Pilar Anaïs, nièce de Franco:

«La majorité de la famille, pas seulement ma mère, il y a les frères de Franco et ma grand-mère, mais aussi le reste de la famille, cousins, oncles et autres parents étaient contre la République. Ils pensaient que c’était quelque chose de mal, d’athée, contre Dieu. Nous avions l’impression que c’était contre Dieu en plus, que c’était contre l’église.»

*

Emile Temim, professeur émérite de l’histoire contemporaine à l’Université de Provence, spécialiste de l’histoire espagnole contemporaine:

«L’Espagne, c’était déjà un pays très pauvre, un pays très arriéré, un pays qui était une République depuis 1931, mais en réalité une République, c’était un régime républicain, une étiquette républicaine. Ça n’avait rien changé.

«Il y avait des partis républicains qui avaient rallié cela, parce qu’ils ne voyaient pas de possibilités dans la monarchie. Parce que la monarchie s’était éteinte d’elle-même.

«Or, en Espagne, il y avait la nécessité, je ne dis pas une révolution, mais d’une transformation. Parce qu’il y avait, à la tête de l’Espagne, une oligarchie de grands propriétaires fonciers qui existe, qui domine l’Espagne. De gens qui sont d’une catégorie, d’une classe de grands propriétaires qui existe aussi dans d’autres pays de l’Europe occidentale, mais qui avaient su évoluer. L’Angleterre, par exemple.

«L’Espagne pas du tout. Ça n’a pas bougé.

«Et puis il y avaient les forces sociales qui paraissent distinctes, mais qui y était en réalité mêlées, en particulier le rôle de l’armée dans cette société. Et bien le rôle de l’armée était un rôle traditionnel. L’emploi du coup de force pour imposer sa volonté, il y en a eu traditionnellement, et sous la monarchie et sous la république.

«La tentative de la République bourgeoise qui a été faite en Espagne, était une tentative très difficile. Pour l’excellente raison est qu’il n’y avait pas en importance, en puissance, de république bourgeoise dans le régime espagnol.

«Il n’y avait pas de bourgeoisie espagnole forte.

«Ce qui fait qu’en somme, cette république bourgeoise s’appuyait sur très peu de gens. Très peu de monde. Et sur très peu d’intérêts. Et qu’elle avait en face d’elle, d’une part l’oligarchie et de l’autre part des masses de populations espagnoles qui étaient très pauvres, qui étaient déjà travaillées depuis de nombreuses années par des mouvements de tendances insurrectionnelles et qui n’a vu, pour l’emporter, qu’un seul moyen, la Révolution.»

Une réflexion sur “– Mémoires de dictatures-14-espagne

  1. Pingback: Democratia Real Ya « FAICMFSF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :