– Mémoires de dictatures-21-grèce

ENTRETIEN AVEC ROVIROS MANTHOULIS

1ère partie

La nuit du coup d’Etat des Colonels

Roviros Manthoulis est à Hyères pour le «festival du film» lorsqu’on annonce le coup d’Etat des Colonels.

Ce qui apparaît dans son documentaire, c’est le formidable mode opératoire des colonels, des militaires qui, si ils ont réussi une chose, c’est cette préparation de cette nuit-là.

Ce n’est pas une surprise pour Roviros Manthoulis. Il y a eu une première tentative de coup d’Etat, deux trois ans plus tôt en 1965.

Pendant la guerre 1939-1945, lors de l’occupation, les agents britanniques et le maquis grec avaient dynamité un pont très important, le pont Gorgopotamos, dans les montagnes Grammos. Mais c’était surtout un acte des maquisards de Gauche.

La Gauche, après un réveil dans l’Etat policier qui était en place, fêtent l’anniversaire de cette résistance communiste nationale à Likorakhi. Les gens veulent y participer et c’est à ce moment qu’ils marchent sur des mines. Bilan: trois morts.

On attribue alors ces mines aux restes de la deuxième guerre mondiale.

Toutefois, une année plus tard, tous les journaux grecs publient un document, une sorte de télégramme, qui venait de l’ambassade américaine. Un responsable de la CIA transmet qu’il avait fait en sorte que de nouvelles mines soient mises sur le trajet qui mène à la fête, ceci afin qu’il y ait suffisamment de morts et que soit provoquée le soulèvement de la Gauche, Cela aurait donné ainsi le prétexte aux Colonels, qui préparaient déjà leur coup d’Etat, d’intervenir militairement.

Personne ne pense à un coup d’Etat. C’est tellement énorme que tout les Grecs s’accordent à dire: «Non, c’étaient des anciennes mines!».

Roviros Manthoulis avait un ami journaliste qui, à l’armée, était responsable du minage et connaissait les mines modernes. Lorsqu’il a trouvé des morceaux, il a pu constater que ce n’était pas des anciennes, mais de nouvelles mines qu’il avait déjà utilisées.

Les Grecs suspectaient que c’était une provocation, mais pas à ce point-là!

Et Manthoulis trouve le document où il est écrit: «Ils ont raté l’occasion de faire le coup d’Etat à cette époque-là».

Avant de venir à Paris, Roviros Manthoulis remarquait des choses étranges. On sonne à sa porte et quelqu’un à l’air bizarre lui dit: «Je viens de l’armée, on est en train de vérifier les gens, les adresses des cinéastes». Manthoulis: «Pourquoi vous faites ça?» en se disant que c’est un agent secret. Cet homme lui répond: «Oh on le fait parce vous savez, il y a des cinéastes qui engagent nos soldats pour faire un film». En fait, cet homme vérifiait les adresses des gens qu’il fallait arrêter. Manthoulis sait qu’ils viendront l’arrêter. Ils pointaient les adresses pour que tout soit très bien préparé le moment venu. Finalement, quand le coup d’Etat des Colonels a lieu, tout est fantastiquement bien préparé. C’est une prise de pouvoir.

Beaucoup d’hommes politiques ne pensaient pas qu’un coup d’Etat puisse arriver en Grèce, à ce moment-là, en Europe, etc.. c’était impensable! Le journal de la gauche marxiste grec «Avilis: l’Aurore en français» qui était légal, bien que le parti communiste n’était pas légal suite à la guerre civile, avait imprimé en première page: «Jamais il y aura un coup d’Etat ici» la nuit même du coup d’Etat.

Les gens ont été complètement surpris.

Ils étaient chez eux et plusieurs milliers de personnes ont été arrêtés dans la nuit et tôt le matin le 27 avril 1967.

Vidéo du 6ème anniversaire du coup d’Etat en Grèce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :