– construction européenne 8: marché commun

Un côté de la Manche

Les succès rencontrés lors de la mise en place du « Marché Commun », l’élaboration d’une politique agricole, s’accompagne d’une recrudescence des tensions politiques essentiellement dues à l’attitude des dirigeants français. De Gaulle s’agace du rôle central tenu par la commission européenne et de l’activisme de son président, l’allemand Walter Hallstein.
De Gaulle propose bientôt la création d’une nouvelle structure européenne dirigée par un concert organisé régulier des chefs d’états et de gouvernements statuant à l’unanimité sur les objectifs essentiels: la politique, l’économie, le culturel et le militaire. Un bon moyen, dans l’esprit de De Gaulle, d’absorber la CEE en l’inféodant à une structure inter-gouvernementale et un bon moyen de prendre ses distances avec l’OTAN.
Les européens sont partagés. Jean Monnet, qui exerce toujours un rôle prédominant, y voit là une base de négociations. Adenauer est intéressé. On se propose de se réunir à Paris pour en discuter. Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, acceptent à condition qu’on laisse de côté les volets économiques pour ne pas affaiblir la communauté, et le volet défense pour laisser tranquille l’OTAN. Le gouvernement français, par l’intermédiaire de Christian Fouchet, fait une première proposition, puis deux jours après fait volte-face et fait une deuxième proportion, laquelle au contraire de la première, met de côté l’alliance atlantique et subordonne les institutions communautaires sous la tutelle des gouvernements.
Cependant, les propositions de Christian Fouchet passent mal. Le Benelux et l’Italie écartent sèchement les proportions. Entretemps, De Gaulle a fait les corrections de copies qu’il jugeait nécessaires. De Gaulle monte alors au créneau et tente de faire entendre son point de vue.

« Moi je crois que quand on parle d’économie, et à plus forte raison quand on en fait, il faut que l’on dise ce que l’on fait soit conforme aux réalités. Sans cela, on va vers l’impasse, voire à la ruine. Ce sont les faits qu’il faut d’abord considérer, les sentiments si favorables qu’ils soient, ces sentiments ne sauraient être invoqués à l’encontre des données de problèmes réels. Quelles sont ces données?


« Le Traité de Rome » a été conclu entre six états continentaux. Des états qui économiquement parlant sont de nature. la Grande-Bretagne a posé sa candidature au « Marché Commun ». Elle l’a fait, après s’être naguère refusée à participer à la communauté qu’on était en train de bâtir, puis après avoir créé une zone de libres-échanges avec six autres états et puis enfin, après avoir fait quelques pressions sur les six pour empêcher que ne commence réellement l’application du « Marché Commun ». Enfin l’Angleterre a demandé à son tour d’y entrer, mais suivant ses propres conditions. Cela pose sans doute à chacun des six états et cela pose à l’Angleterre des problèmes de très grandes dimensions. L’Angleterre, en effet, est insulaire, elle est maritime, comment faire pour que l’Angleterre, telle qu’elle vit, telle qu’elle produit, telle qu’elle échange, soit incorporée au « Marché Commun » telle qu’elle a été conçue et telle qu’elle fonctionne. Cette question-là est toute la question. Seule évidemment l’Angleterre peut y répondre.

La question est posée d’autant plus que, à la suite de l’Angleterre, d’autres états voudraient ou voudront entrer dans le « Marché Commun ». Il faut convenir que l’entrée de la Grande-Bretagne, d’abord, et puis ceux de ces états-là, changera complètement l’ensemble des ajustements, des ententes, des compensations, des règles, qui ont été établies déjà entre les six. Parce que tous ces états, comme l’Angleterre, ont de très importantes particularités. Alors, c’est un autre « Marché Commun » dont on devrait envisager la construction. Mais celui qu’on bâtirait à 11, et puis à 13, et puis peut-être à 18, ne ressemblerait guère, sans doute, à celui qu’ont bâti les six. »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :