– l’extrême-droite montre patte blanche (2010)

L’extrême droite montre patte blanche

Article tiré du journal fribourgeois « La Liberté » paru le 08.01.2010

POLITIQUE – La droite pure et dure soigne son image pour être plus «fréquentable». Encore discrète à Strasbourg, malgré une poussée en juin dernier, elle s’impose en revanche dans de nombreux pays d’Europe.
«Ce qu’on redoutait ne s’est pas produit jusqu’à présent», souligne Yannick Laude, un des porte-parole de l’Alliance des démocrates et des libéraux (ALDRE), le troisième groupe politique en importance du Parlement européen, avec 84 eurodéputés: malgré une poussée aux élections européennes de juin 2009, l’extrême droite ne parvient toujours pas à faire entendre sa voix au niveau de l’Union européenne.

Le Parlement européen, dont le pouvoir de codécision, avec le Conseil des ministres des Vingt-Sept, s’est fortement renforcé depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, le 1er décembre 2009, compte actuellement 736 membres – leur nombre va passer à 754. «Parmi eux, on dénombre quelques véritables fascistes, de nombreux nationalistes purs et durs et encore plus de vrais conservateurs. Mais sont-ils tous d’extrême droite? Le curseur n’est pas évident à placer», note Yannick Laude.

Nationalistes de tout poil

On retrouve par exemple neuf membres de la Ligue du Nord italienne et deux élus du Parti du peuple danois dans le groupe Europe de la liberté et de la démocratie (EFD; 32 eurodéputés), où se côtoient surtout des nationalistes de tout poil. Dans leur pays d’origine, ils soutiennent tous deux des gouvernements de centre droit.

«Ces partis se veulent fréquentables», note Yannick Laude. D’autres, tels que le Vlaams Belang belge, le Front national français ou encore le Jobbik hongrois le sont beaucoup moins, mais sont minorisés à Strasbourg.

Leurs représentants, il est vrai, n’ont jamais réussi à s’organiser durablement à l’échelle communautaire. Entre 1984 et 1989, ils avaient formé, au Parlement européen, un «groupe des droites européennes» qui avait ensuite disparu avant qu’une nouvelle tentative soit lancée, de façon éphémère, en 2007. Le groupe Identité, Tradition et Souveraineté qui avait alors été constitué avait rapidement implosé, les Roumains n’ayant pas supporté certaines critiques de leurs alliés néofascistes italiens. Toujours divisés aujourd’hui, les eurodéputés d’extrême droite sont répertoriés dans la catégorie des 27 «non-inscrits», ce qui réduit notamment le temps de parole dont ils disposent. De toute façon, on les entend peu. «Les extrémistes de droite brillent souvent par leur absence lors des sessions plénières ou les réunions des commissions parlementaires. Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine passent plus de temps dans leurs circonscriptions qu’au Parlement. C’est également vrai pour les élus du British National Party (BNP).»

Bref, le rôle de l’extrême droite au sein de l’assemblée des Vingt-Sept consiste surtout à «amplifier le discours d’une majorité de droite qui existe de toute façon». Le Parti populaire européen (PPE; démocrates-chrétiens) dispose en effet de 265 sièges sur 736 à Strasbourg, celui des Conservateurs et réformistes (ECR; ultraconservateurs britanniques, polonais, tchèques, belges, néerlandais, hongrois et baltes) de 54 sièges et le groupe souverainiste Europe de la liberté et de la démocratie de 32 sièges. Ces trois formations avaient notamment pesé de tout leur poids pour assurer la réélection de José Manuel Durão Barroso à la présidence de la Commission européenne. C’est donc en dehors du cercle des institutions européennes que l’extrême droite néofasciste européenne tente, cahin-caha, de se fédérer.

Nouvelle alliance

A l’automne de 2009, le Front national français, son homologue belge, le mouvement hongrois Jobbik, le British National Party, le Parti national démocrate suédois et la Fiamma Tricolore italienne (qui ne sont pas tous représentés au Parlement européen) ont ainsi créé une «Alliance européenne des mouvements nationaux». Jusqu’à présent, elle n’a pas encore fait beaucoup parler d’elle, tant s’en faut.

TANGUY VERHOOSEL, BRUXELLES

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :