– Europe: lobbies et sectes à Bruxelles – 5 – lobbyiste2

Le point de vue d’une lobbyiste: 2

Comment faire passer une décision politique!

Il faut donc voir les grandes tendances qui se dessinent, puis essayer le plus rapidement possible d’intervenir auprès du fonctionnaire compétent de la Direction Générale de la Commission européenne qui est chargé du dossier. En fait, un bon lobbyiste intervient très tôt.

Il veut savoir qui est le fonctionnaire chargé du dossier pour lui faire connaître son point de vue, défendre sa position. Si le fonctionnaire n’est pas de son avis, n’a pas envie de l’écouter, n’a pas envie d’adopter une position qui est tout-à-fait défavorable au lobbyiste, ce dernier a toujours la possibilité, comme dans n’importe quelle administration nationale d’ailleurs, de contacter d’autres ministères.

Là, il s’agit d’autres Directions Générales de la Commission, et le lobbyiste de leur dire: « Ecoutez, la Direction Générale de l’Environnement à la Commission est en position tout-à-fait aberrante sur ce point et nous allons voir la Direction Générale des Entreprises. Nous allons lui dire que c’est tout-à-fait inacceptable. » La Direction Générale des Entreprises tranche dans un sens et adopte une position qui n’est pas aussi radicale, mais plus acceptable pour les entreprises.

Dans une administration nationale, il y a des ministères qui ont des points de vue différents. Mais à Bruxelles, c’est encore plus compliqué. Les lobbyistes ont affaire à 27 Etats membres avec des fonctionnaires qui ont des mentalités tout-à-fait opposées.

La façon dont les lobbyistes approchent un député latin, surtout un député italien, n’est pas la même qu’avec un député suédois. Ils n’ont pas du tout la même culture et la culture du lobby est tout-à-fait différente.

Catherine de V. pouvait facilement inviter un député italien à déjeuner alors que si elle invitait un député suédois pour boire un café, celui-ci criait qu’il avait déjà été acheté de cette façon-là. C’est un travail tout en subtilités.

De grandes tendances se dessinent et il ne faut pas aller contre, c’est politiquement incorrect. Donc en fonction des tendances et des évolutions, le lobbyiste essaie d’adopter une attitude, une position qui défend son entreprise, sa société ou son secteur, et qui doit être raisonnable et acceptable pour tous. C’est cela que le lobbyiste doit essayer de défendre.

Catherine V. a parlé de conduites honnêtes, mais elle a aussi vu des conduites qui l’étaient moins, elle a aussi vu de gros dérapages.

Il y a toujours des gens, même pour les députés européens, qui sont extrêmement mal élevés. Elle sait que les parlementaires sont souvent très sollicités. Il y a eu des lobbyistes dont les députés se sont plaint. Des lobbyistes qui sont là, qui forcent carrément les portes, et cette pratique est tout-à-fait inacceptable, ce n’est pas la coutume. Malheureusement le lobbyiste est un être humain. Certains sont habiles, d’autres pas.

Acheter un fonctionnaire ou acheter un député européen? La structure est tellement complexe, qu’il faudrait acheter tout le monde et cela paraît impensable. Si il y a des dérapages de ce genre, il ne faut pas considérer le lobby sur ces erreurs, mais comme une pratique qui se fait de façon tout-à-fait classique, raisonnable et sensée.


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :