– Europe: lobbies et sectes à Bruxelles -22 Au coeur du caprice des dieux

Au coeur du caprice des dieux – 3

Juin 2009, au lendemain des élections européennes. 1


Pierre Jonckheer est député vert belge, des « Verts-Alliance libre européenne », et président du « Groupe Européen des Verts ».

Depuis un an, chaque parti européen a la possibilité de créer des fondations politiques sur le modèle qui existe en Allemagne. Les écologistes ont donc créé: « La Fondation Européenne des Verts » dont P.Jonckheer co-préside le conseil d’administration.

Mais toutes ces fondations, ces groupements paraissent, aux yeux du public, comme des éléments supplémentaires d’opacité.

Au lendemain même des élections, Pierre Jonckheer n’a pas été reconduit dans ses fonctions au Parlement européen.

Sa réflexion personnelle sur le sujet est qu’on est, depuis pas mal de temps, dans une crise de la démocratie assez représentative. Dans une crise de ce que représente le politique pour les gens, en quoi ils le croient encore capable de changer les choses, que ce soit sur le plan économique, social, ou environnemental.

Ce n’est pas particulier à l’Union européenne. C’est un phénomène qui est présent et commenté ailleurs.

Mais il est possible que l’Union européenne cristallise ce désenchantement par rapport aux politiques parce qu’un certain nombre de clichés circulent sur le fait que: «l’Europe: c’est loin, ça ne fonctionne pas! ».

La scène politique européenne n’est pas organisée de la même manière que la scène politique nationale et tous ces éléments jouent un rôle.

Pierre Jonckheer est plus préoccupé par une crise économique, par une crise climatique et il n’est pas convaincu que les sociétés humaines et les sociétés européennes seront assez rapides dans les changements qui sont nécessaires.

Il y a beaucoup de changements qui sont produits de façon non intentionnelle. Mais qu’est-ce qui produit le changement intentionnel! Est-ce que le politique a encore la capacité d’orienter les acteurs économiques, de modifier les choix d’investissements, de modifier les choix de consommation, de favoriser un mode de développement qui permette de donner un emploi à tout le monde?! Ce sont cela les vraies questions. Et de ce point de vue-là, il est clair que les réponses ne sont pas toujours évidentes. D’où peut-être ce désenchantement par rapport aux politiques.

Par ailleurs, il est convaincu que l’Union européenne est un bon espace. Que c’est un des espaces, en plus de l’espace national, qui permet de donner certains éléments de réponses à ces crises multiples.

Pour lui, l’européen n’est pas l’enfant gâté de la démocratie, parce que maintenant, dans tous les pays, on cherche à rendre un souffle à la démocratie. Il n’y a pas trop de démocratie. Il y a des gens, des systèmes, qui sont un peu épuisés et où les citoyens sont inquiets parce que les pratiques des systèmes politiques mis en place, les responsabilités de certains, les scandales qui éclatent, tout cela entame la confiance des citoyens envers les responsables politiques de leur pays.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :