– histoire de la télévision – 9 – vente: acte I A

La mort de l’Office de la Radio Télévision Française (ORTF)

 

De 1987 à 1994, lors septennat de Mitterand, la télévision française va être le théâtre d’un bouleversement majeur.

Suite à la promesse d’ouverture aux privés, la télévision classique va exploser sous la meute des racheteurs. Les candidats à la création des nouvelles chaînes sont: Robert Hersant, patron de presse de droite; le groupe Hachette, présidé par Jean-Luc Lagardère, actif dans l’édition, l’électronique et dans l’armement avec le groupe Thomson; la régie de publicité Publicis fondée en 1926 par Marcel Bleuchstein Blanchet, et qui, en 2010 est le 3ème groupe de communication au monde ; Jacques Rigaud, président d’alors de RTL, la compagnie des télévisions luxembourgeoises.

Les acteurs français sont dans la place et un autre viendra d’Italie.

L’audio-visuel de l’hexagone a déjà connu un premier éclatement de la télévision

de papa, de la télé de l’Etat où le commentaire politique est dicté chaque soir, au journal télévisé par le ministre de l’information.

En 1974, sous Giscard d’Estaing, la mise à mort d’office de la radio-télévision française ORTF rencontre une résistance syndicale.

Télé-journal

« Ce journal de « 24 heures sur la Une », ne peut être diffusé dans des conditions normales. En effet, ce soir, nous ne sommes pas encore dans la mesure de vous présenter ou de vous commenter l’actualité au moyen de documents filmés et ce journal sera réduit à un bref résumé des nouvelles illustrées par quelques photos. Ceci est assuré par la direction de  « 24 heures sur la Une » soucieuse de préserver, même très partiellement, la continuité du service publique et le droit à l’information des téléspectateurs.

Cette situation est consécutive, précisons-le, à un mouvement de grève déclenché hier soir, sans préavis, par l’inter-syndical des journalistes de l’ORTF. Par ce mouvement, très largement suivi aujourd’hui, les syndicats entendent protester contre la non-affectation de 250 journalistes dans les nouvelles sociétés qui succéderont à l’ORTF, car ils estiment qu’il s’agit déjà d’un licenciement virtuel. »

Trois antennes de télévision, TF1, Antenne2, FR3. La naissance de la concurrence où tout se joue encore dans les règles anciennes. Chacune de ces sociétés est encore dans l’idée du service publique. Elles appartiennent encore à l’Etat. Il faudra dix années pour que le paysage audio-visuel français prépare le terrain.

Fin novembre 1984, la construction de Canal+, 1ère chaîne à péage.

Mais la véritable concurrence reste à venir.

Le 16 janvier 1985, à l’occasion de la présentation des voeux du président, quelques industriels vont être très attentifs à certains passages de ce discours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :