– Histoire de la TV – 23 – Vouillamoz1

Raymond Vouillamoz: partie 1

Point de vue d’un Suisse sur la concurrence française.

Entretien avec Jacques Mouriquand, journaliste: d’«Histoire Vivante» sur la chaîne suisse-romande la 1ère et Raymond Vouillamoz. Entretien que j’ai essayé de laisser le plus fidèle possible. (Geneghis)

Raymond Vouillamoz a été grand reporter pendant dix ans à «Temps Présent», réalisateur de portraits de Mobutu ou encore du Shah d’Iran ainsi que de plusieurs oeuvres de fiction, dont la petite dernière «Déchaînées». Prix du meilleur téléfilm suisse et francophone. Prix d’interprétation pour la jeune comédienne Adèle Haenel au festival «Cinémas tous écrans» à Genève. Puis une dizaine de dramatiques vidéos, trois téléfilms.

En 1979, cet homme se voit confier la responsabilité de la «Fiction» et, en 1980, des «Variétés» à la Télévision Suisse-Romande, avant de poursuivre sa carrière en France. Directeur de la fiction de la Cinq en 1990-1991, il devient directeur des programmes de France3 en 1991-1992, avant de revenir en Suisse pour diriger les programmes TSR en 1993.

Au milieu des années 1980, la télévision fait son virage dans le privé. Raymond Vouillamoz s’exprime.

Raymond Vouillamoz: «J’ai fait l’essentiel de ma carrière à la TSR, donc dans le service publique. Ainsi qu’à France3, également service publique, mais j’ai fait une parenthèse à la Cinq qui appartenait à la fois à Berlusconi et à Hachette. Et pour moi, cela a été une grande expérience, parce qu’en 1990, la Cinq voulait concurrencer TF1.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :