– histoire de la TV – fin – C.Nick 5: FIN

Christophe Nick et son documentaire 5 et FIN:

«Le temps de cerveau disponible»


 

Un petit extrait du texte d’Aristote sur la poétique, chapitre 14, relatif à la terreur et à la pitié, sous-titré: «Nos émotions doivent naître de la terreur et de la pitié, doivent naître la composition même de la fable plutôt que du spectacle.»

L’extrait: « On peut produire le terrible et le pitoyable par le spectacle, ou le tirer du fond même de l’action. Cette seconde manière est préférable à la première et marque plus de génie dans le poète. Car il faut que la fable soit tellement composée, qu’en fermant les yeux et à en juger seulement par l’oreille, on frissonne, on soit attendri à ce qui se fait. Mais ce qui par le spectacle produit l’effrayant au lieu du terrible ne sont plus dans le genre, car la tragédie ne doit point donner toutes sortes d’émotions, mais celle-là, seulement, qui eût son propre.»

Aristote déjà, dans le domaine de la tragédie qui est tout autre, s’interroge, réfléchit sur ce phénomène et la catharsis. Pour lui, ce n’est pas très clair. Les spectateurs des tragédies prennent plaisir à voir des scènes qui leur seraient insoutenables dans la vie quotidienne, et c’est peut-être grâce à l’esthétisation du spectacle que les sentiments peuvent surgir et peut-être se purifier.

On est là, dans une histoire bien plus ancienne que celle de la télévision. Mais on est pas avec les mêmes concepts. On dit un peu la même chose quand il oppose l’effrayant et le terrible. Le terrible est dans le domaine de l’émotion, et l’émotion, c’est quelque chose que nous ressentons, qui modifie notre état. Une émotion amoureuse va nous amener à avoir des stratégie de séduction et que peut-être d’envisager le futur dans une sublimation avec un couple, des enfants, etc…

Quand on est dans le domaine de la pulsion, comme celui de l’effrayant, on est pas dans une émotion. On est pas dans la sublimation. On est au contraire, dans l’automatique, que ce soit une pulsion de vie ou une pulsion de mort. C’est toute la différence quand on parle d’amour et de porno, entre un sentiment et une image de pénétration qui, comme dit B.Stiegler dans le film,fait automatiquement «bander les mecs». Donc utiliser la pulsion en terme de spectacle. C’est extrêmement dangereux!

La pulsion doit se contrôler!

La pulsion, c’est quelque chose que toute civilisation tente de contrôler et l’homme s’est construit là-dessus. On l’a en nous. Celui qui ne contrôle pas ses pulsions, selon Freud, est fou. Celui qui exprime ses pulsions est pervers.

Donc il faut les contrôler et c’est tout le travail éducatif depuis la nuit des temps, depuis qu’on enterre les premiers hommes. Chaque civilisation a créé des systèmes pour contrôler les pulsions, que ce soit la justice, l’empire, l’armée, la religion, la politique, l’éducation, tout ça fait partie de la tentative des hommes pour contrôler leurs pulsions. Et si il y a pas de contrôle de pulsions, c’est la guerre civile, c’est le meurtre, voilà. C’est : «Je ne t’aime pas, je te tue!»

Actuellement, ce qui est terrifiant c’est qu’on est dans une société où on est au centre par le créateur de tout ça, de par la télé qui en est le coeur, le moteur. Et la pulsion y est maintenant stimulée, mise en avant. Elle est recherchée!

Quand vous créez des systèmes d’enfermement pendant plusieurs semaines d’ individus X ou Y, et que chaque semaine on en élimine un, on attend de la violence, de la sexualité et du passage à l’acte. C’est-à-dire que la promesse faite aux téléspectateurs, c’est : «Vous allez voir de la pulsion s’exprimer. Attention, c’est chaud, c’est bon,vous allez aimer ça!»

Vous donnez de la pulsion à consommer et tout le monde tombe dedans. Même si on se dit: «Mais c’est horrible! Mais jusqu’où ils vont! Mais on va regarder pour savoir jusqu’où ils vont!» Parce que c’est cela, le principe de départ. C’est de laisser des gens s’exhiber et du coup, le téléspectateur devient voyeur.

Et l’exhibition comme le voyeurisme sont les deux éléments fondamentaux des pulsions.

A partir de là, vous créez!

Tous ces épisodes sur la télévision sont tirées de l’émission «Histoire Vivante», diffusée sur les ondes de la RSR la 1ère et des autres médias de la SSR.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :