– « La télé a cassé la politique » selon Michel Rocard

On m’a soufflé ce texte de l’ex-ministre Michel Rocard et je le poste-là, en attendant que je retrouve le lien.

FRANCE

Politique: « La télé a cassé la politique » selon Michel Rocard

Pour l’ex-Premier ministre, le petit écran appauvrit le débat public. Il explique à L’EXPRESS ce qu’il reproche aux médias et à la télévision en particulier.

Le couple politique-médias n’en finit plus de faire des étincelles. Quelle responsabilité porte la télévision dans la fracture qui se creuse aujourd’hui entre journalistes et responsables politiques, alors que, d’Arnaud Montebourg à Bernard Tapie, en passant par Jean-Luc Mélenchon, les critiques se multiplient?

Théoricien de la communication, l’Américain Neil Postman, qui dirigea le département culture et communication de l’université de New York, publiait en 1985 un ouvrage de référence – Se distraire à en mourir – dans lequel il se livrait à un réquisitoire en règle contre la télévision, accusée de formater la société et de décerveler les citoyens.

Edité en France pour la première fois (Ed. Nova), cet ouvrage contient une préface signée de Michel Rocard.

L’ex-Premier ministre y jette un regard cruel sur les médias en général et sur le petit écran en particulier, accusés, au nom du sensationnalisme et d’une approche exclusivement commerciale de l’information, de réduire le discours politique à sa plus simple expression. Pour l’Express, Michel Rocard va plus loin.

Neil Postman explique que le petit écran ne serait qu’une vaste entreprise de divertissement dans laquelle les politiques iraient se fourvoyer. Et vous ajoutez que la télévision « casse le travail des politiques ». En quoi ce média serait-il destructeur?

De beaucoup de manières. Les contraintes économiques de ce média qu’est la télévision – cet instrument devant lequel les Français campent en moyenne trois heures par jour, il faut le rappeler – sont telles que l’on ne peut pas y diffuser de l’explication, de l’analyse, de la statistique et du raisonnement à moyen ou long terme: considérant que c’est la condition absolue pour ne pas perdre d’audience, les professionnels de ce secteur ont choisi de privilégier le spectacle et l’affectif au détriment du fond.

Amplification de l’effet d’annonce, raccourcis de l’information, diffusion de toute décision sans mise en perspective ni rappel du contexte: le petit écran a entériné la disparition du temps long.

Pas seulement à l’intérieur même des journaux d’information, de 13 heures ou de 20 heures, mais sur l’ensemble des grilles de programmes des chaînes.

Je ne me souviens pas d’avoir vu jusqu’ici à la télévision la moindre attention portée sur un sujet qui aille au-delà de la prochaine échéance électorale!

Or, on le sait, en politique, tout ce que l’on met en chantier produit ses premiers effets au minimum dans les dix ans qui viennent, et en tous les cas pas avant les deux ou trois ans qui suivent la mise en place de ladite mesure.

Cette disparition du long terme à la télévision est d’autant plus terrible qu’intervient le regard enfantin: les journaux d’information induisent les questions que les plus jeunes, dont le regard sur la société est formaté par le petit écran, sont amenés à poser à l’école.

La télévision souffre d’un autre mal profond, dites-vous, le refus de la complexité.

Dès que vous avez un entrelacs d’arguments ou de faits rassemblés pour comprendre un événement ou une simple information qui nécessiterait un début d’explication, c’est impossible: les acteurs de la télévision vous affirment qu’un tel exercice d’approfondissement suppose une attention toute particulière qu’aucun téléspectateur n’est en mesure, selon eux, de soutenir.

Faire court est devenu la règle

Au motif que nous formerions une nation inepte et incapable de réflexion? C’est consternant. Elle est loin, l’époque où le fondateur du Temps donnait pour seule consigne à ses journalistes: « Faites emmerdant! »

J’ajoute à cela – c’est mon dernier point – que ce refus de la complexité, que cette schématisation à l’extrême de l’information mènent inévitablement à un appauvrissement de la langue, qui perd de ses nuances et de sa richesse.

Les journalistes vont au plus parlant, avec un vocabulaire réduit au strict minimum: faire court est devenu la règle. Je me souviens d’avoir rencontré un jour une journaliste d’une grande radio qui m’avait donné une minute trente chrono pour développer ce qu’elle appelait mon « projet de société« : j’avais ostensiblement tourné les talons…

Ce vocabulaire minimaliste, les politiques l’ont également adopté?

Oui, et par la faute de journalistes, qui ont bouleversé tous les codes de notre métier: la politique dans les médias n’y est plus traitée que sous la forme du combat permanent que se livrent les ambitions conflictuelles.

La pente est générale: on charge sur les individus, on personnalise le discours et on oublie les institutions. Jamais vous ne verrez une chaîne reprendre la déclaration d’un parti politique, elle préférera un bout de commentaire ou la petite phrase de tel ou tel responsable de parti, même de second plan.

La vie politique se résume pour la télévision et la presse à une joute de gladiateurs

Si bien que la vie politique dans notre pays se résume pour la télévision et la presse à une joute de gladiateurs. Tout cela oblige les responsables de parti à se référer exclusivement à la compétition permanente qui les oppose et que mettent en exergue les chaînes, avec une gourmandise coupable.

La politique est devenue ainsi l’un des piliers de l’entertainment, un spectacle qui voit des responsables de premier plan condamnés à jouer de leur charisme ou à donner aux médias un peu de leur vie privée, quand ils devraient se borner à expliquer aux Français pourquoi nous sommes en pleine crise financière.

Même la presse écrite, qui aurait pu se distinguer et prendre le contre-pied de la télévision, joue à fond la personnalisation au détriment des idées.

Souvenons-nous de l’homme de presse américain William Randolph Hearst, qui, dans les années 1920, en réponse à l’un de ses reporters envoyé à La Havane et se plaignant de n’avoir rien à se mettre sous la dent – ni histoires ni conflits, se lamentait-il – lui avait adressé ce message, par télex: « Vous ordonne de rester. Fournissez les récits, je fournirai la guerre. » Cette phrase mémorable sonna le début du décrochage de la presse écrite vers le règne de la marchandise et de la vente à tout prix. Quatre-vingt-dix ans plus tard, rien n’a changé, tout a empiré.

Mais, si le discours politique vous semble galvaudé, c’est d’abord parce que les politiques ont capitulé en acceptant de se caricaturer à coups de formules réductrices. De celles qui font le « buzz« , comme on dit…

Naturellement. Seulement, le choix qui leur est offert est mince: ou bien ils acceptent d’en passer par les fourches Caudines et les règles de la télévision, ou bien ils disparaissent!

Ce système a été poussé si loin qu’il n’y a même plus de débat interne au sein de nos partis politiques. Tout est sur la place publique, tout n’est plus que spectacle.

Tout est sur la place publique, tout n’est plus que spectacle.

Nous sommes devenus le tiers obligé d’une profession qui dicte ses règles. Je me souviens que, licencié de mes fonctions de Premier ministre le 15 mai 1991, j’avais entendu un matin Jacques Chirac expliquer sur les antennes que Michel Rocard avait « vidé les caisses de l’Etat« .

Mon sang n’avait fait qu’un tour et dans la foulée j’avais reçu, cela n’étonnera personne, une quarantaine de demandes d’interview. Terrorisée, mon assistante m’avait dit, « Monsieur, qu’est-ce qu’on fait? » Je lui avais fait répondre: « J’irai partout à la condition que la direction de la chaîne ou du journal en question accepte de donner les chiffres exacts du déficit public« , tels qu’ils étaient alors publiés au Journal officiel, chiffres qui montraient que j’avais à l’époque réduit ce fameux déficit de 45 milliards de francs. Aucun média n’a accepté de publier mon bilan.

Péché par omission, paresse collective?

Non, pur réflexe marchand. L’argument de vente étant le conflit, la publication de ces chiffres réduisait à néant ma confrontation avec Chirac et n’avait du coup plus d’intérêt pour des médias qui ne peuvent vendre que du drame.

Voyant que personne ne prenait à bras-le-corps un sujet qui devenait à leurs yeux ennuyeux à en mourir, je me suis retiré sur mes terres et n’ai jamais apporté le moindre démenti aux allégations de Jacques Chirac!

« Faire emmerdant« , dites-vous. En faisant du Rocard toute votre vie, au risque d’en être parfois inaudible, n’avez-vous pas compromis votre parcours politique?

L’inverse aurait été pour moi un pari intenable. Or, ce que vous évoquez ne m’a jamais empêché de rester le chouchou des sondages.

Mon degré d’exigence a toujours été tel que jamais je n’aurais accepté d’entrer dans un jeu qui participe de la nocivité de la télévision et de dérives que je dénonçais déjà dans un livre intitulé Le Coeur à l’ouvrage, qui date de 1987!

Vous dites regretter la confrontation entre journalistes et politiques. Lesquels n’ont jamais ménagé la presse, de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy.

Ce sont des comportements auxquels je n’ai jamais adhéré, car naïfs et inefficaces, mais de défense.

Historiquement la presse a gagné sa respectabilité et sa place en se confrontant avec le pouvoir et personne, à droite comme à gauche, ne se risquerait à revenir en arrière sur sa liberté.

Chaque fois qu’un nouveau média est apparu, les politiques ont toujours tenté de le contrôler

Résultat, la suspicion entre ces deux corps est générale: chaque fois qu’un nouveau média est apparu, les politiques ont toujours tenté de le contrôler.

Mon rêve serait un pacte professionnel qui verrait journalistes et politiques s’engager sur quelques règles allant du respect de la vérité des faits à l’exigence de la complexité.

L’Etat ne peut pas mener cette réflexion, sauf à rouvrir un front avec votre profession. Quant aux patrons de média, animés par le spectaculaire, ils restent guidés par des objectifs de rentabilité, d’audience et de vente au numéro. C’est donc l’impasse.

Arnaud Montebourg s’est livré à une charge violente contre TF1, accusée de dispenser une idéologie ultra-conservatrice. A-t-il raison?

Montebourg se trompe de discours. L’idée que TF1 soit partiale, si c’est le cas, est parfaitement secondaire par rapport au fait que cette chaîne peut se révéler complice d’une détérioration de la capacité de penser de la société en n’expliquant pas les choses doctement.

Tout média qui respecterait les exigences de l’intelligence et de l’information, même si c’est au nom d’une vision de droite, favoriserait le civisme et la participation politique. Or, réduire cette question à quelques mots chocs qui font échos dans les médias ne fait guère avancer le débat.

mercredi 20 octobre 2010

Source: L’express

Une réflexion sur “– « La télé a cassé la politique » selon Michel Rocard

  1. Pingback: Traitement médiatique politique | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :